Accéder au contenu principal

Articles

À la Une

Le sentiment étrange que l’on a parfois en tant qu’artisan d’art, c’est que nos métiers sont plus désirables que nos objets. C’est volontairement que je substitue le terme “désirabilité” à “marginalité”, d’un article à l’autre. Il y a un fantasme de ces métiers dits “d’exception”, de la rareté de nos savoir-faire, une fascination de ce choix de vie professionnelle. “Désirabilité” est un terme souvent utilisé dans le marketing, alors que marginalité... pas vraiment. Or, si l’on y regarde de près, dès qu’un média aborde le sujet de l’artisanat d’art (ou des “néo-artisans”), il le fait à grand renfort de photos de gestes, d’ateliers joliment poussiéreux, de portraits de personnes en quête de sens, de parcours atypiques. La reconversion, précoce ou tardive, vers les métiers de l’artisanat est le grand sujet tendance du moment, et ce traitement pose un vrai problème auquel il faudrait apporter des nuances lors des JEMA. Ce qui doit être désirable, c’est avant tout l’objet créé par l’artisa…

Derniers articles

La marginalité des métiers d'art

Rendez-vous du 6 au 9 décembre 2018...

Singuliers Objets au CMAC avec 7 créatrices / 6-9 décembre 2018

💡Buy It Yourself

Cynisme

Loin des yeux...

L'achat d'un objet singulier

"Futurs en transmission": s'en donner les moyens

Des idées à revendre